Alimentation équilibrée et enfant : 6 règles pour concilier deux concepts opposés

Alimentation équilibrée et enfant : 6 règles pour concilier deux concepts opposés

Faire « manger cinq fruits et légumes » par jour est une épreuve insurmontable pour de nombreuses familles. Une source immense de culpabilité… C’est pourtant essentiel à son développement intellectuel et physique. Saviez-vous que le risque de crétinisme était augmenté par une mauvaise nutrition pendant la grossesse ? Ou que manger des vitamines et des minéraux maximisaient le Quotient Intellectuel ?

Quelques informations et astuces pour faire avaler quantité de produits naturels aux jeunes… des procédés qui frôlent parfois la manipulation… mais promis : il ne s’agit que de méthodes douces.

Choisir des fruits et légumes de qualité

Cela implique de vérifier les spécificités de chacun : le kaki, par exemple, se mange à la petite cuillère lorsqu’il est très mûr. La chaire de la mangue doit être légèrement ramollie, tandis qu’un fruit de la passion ratatiné sera bon à déguster.

Qualité ne signifie pas forcément cher. Les marchés sont d’excellents endroits pour acheter des produits frais, et une occasion supplémentaire d’attiser la curiosité des petits. Vérifiez systématiquement la provenance et préférez, autant que possible les récoltes locales.

Créer un visuel attirant et goûter avant de servir

Les enfants n’oublient rien. Servez-leur une fois un aliment raté, ils s’en souviendront et s’y opposeront farouchement les 30 prochaines années. Misez sur avec les nouvelles marques (Goodgoût, qui propose des Compotes de Carottes des sables et du panais cuisiné au confit de canard) si vous n’êtes pas sûre de la préparation.

     Privilégiez autant que possible les produits bruts et innovez :

  • Une tête (de chat ?) avec des tomates cerises (yeux), moustaches (ciboulette), cheveux-persil…. Un sourire avec une Knack ou des radis. L’essentiel étant de susciter son intérêt.
  • Séparez les quartiers de mandarine et disposez-les en train / escargot (ou toute autre forme se rapportant à leur lubie du moment).
  • Ajoutez un pruneau au milieu d’un litchi dénoyauté… Peignez de confiture chauffée (et donc fondue) de framboise. Une salade de « yeux » qui ravira les 10-13 ans.
  • Camouflez les légumes et fruits les plus détestés : le soja peut être transformé en viande à bolognaise. Avec un peu de gruyère, ça passe. L’oignon, gorgé de nutriments peut être émincés en fils et avoir l’air d’être… de l’emmental râpé.
  • Le sucré sera quant à lui caché par un léger nappage de chocolat ou dans un gâteau. Pourquoi ne pas essayer la Tarte Boules ou Tarte Magique… : prenez la cuillère à boules de glaces, du melon, des cassis, du kiwi, de la poire pourquoi pas, des cerises… et posez les boules sur la pâte sablée. Pinceau, confiture… Un dessert équilibré, léger et savoureux.

Eduquer les enfants aux bienfaits d’une bonne alimentation

Nous sommes la première génération consciente des risques de la malbouffe. Nos enfants en sont les premières victimes : obésité, nouvelle forme de diabète, dents cariées infectées avant l’âge de 3 ans…

Comment leur faire prendre conscience du plaisir et de l’importance d’un repas équilibré ?

Argument n°1 : « Tu seras moins malade ».

Manger des vitamines et des fruits de saisons est stratégique : la carotte par exemple, prépare la peau à recevoir le soleil estival. L’avocat possède de nombreux omégas-3 et oligo-éléments dont notre corps à grand besoin. Contrairement aux idées reçues, il peut être mangé sans craintes.

Une alimentation équilibrée stimule le système immunitaire et permet au corps de mieux se défendre lors d’un attaque microbienne.

Argument n°2 : « Regarde en bas de ta chaise. Tu veux que tes pieds touchent par terre ? Alors mange ! ».

Regarde Papa, ses pieds touchent par terre, lui. Parce qu’il mange plein de bonnes choses… à associer éventuellement au chantage classique « termine ton assiette, ensuite on ira au parc / tu auras une glace / on fera un jeu… ».

Argument n°3 : « Sens comme ça sent bon… tu sais, le rutabaga, c’est un légume que les prisonniers mangeaient pendant la guerre parce que c’est plein de vitamines… ».

Trouvez une histoire sur chaque légume / fruit qui provoque ou risque de provoquer une résistance farouche. De nos jours c’est facile : demandez à Google et soyez réactif. Imaginez une fable crédible, car l’enfant s’en souvient parfois plusieurs années. Autant rester crédible.

Réfléchir à des recettes insolites

Sorbet de concombre, de rose-framboise, tisane désinfectante au thym-miel (délicieux contrairement aux apparences) ou encore confiture de tomates : no limites. Il existe une formule plaisir pour toutes les envies. Les jus et smoothies de fruits et légumes sont aussi très appréciés par les enfants. N’hésitez pas à investir dans un extracteur de jus.

Une sorbetière, quelques ingrédients pas trop chers, de l’imagination et quelques recherches sur le web feront de vous le meilleur cuisinier sain qu’il existe. Pensez que les enfants ont besoin de moins de protéines qu’un adulte. La viande n’est plus recommandée deux fois par jour mais trois fois par semaine.

Oui, les infirmières de PMI changent d’avis sans arrêt…

Coupons la poire en deux : protéines végétales (contenues dans le riz, les lentilles, le quinoa, le soja…) et protéines animales (œufs compris) 5 jours par semaine. Mieux vaut privilégier le goût, la qualité de fabrication à la quantité.

Regardez les composants des boîtes de nuggets  « Présence d’os ou cartilages… ». Bon appétit.

Démontrer chaque jour à quel point la nature est parfaite, riche, complète…

Tout est bon pour atteindre votre objectif : fermes et potagers pédagogiques où les enfants peuvent récolter leurs propres produits, goûter et analyser. Le test, quel que soit l’âge. La plupart des enfants n’ont jamais goûté un lait non-pasteurisé.

Ils veulent croquer dans un citron ou dans une pomme de terre crue ? Laissez-le… Il recrachera. Une règle : ne jamais entraver sa volonté de découvrir, tant que la sécurité n’est pas engagée, évidemment.

Faîtes pousser quelques plantes, pour montrer aux enfants le cycle germe-fleur-récolte-pourrissement. Agrémentez votre jardin de plantes aromatiques qu’ils seront ravis de soigner… Quelle fierté d’avoir planté soi-même la menthe du thé de maman !

Les arnaques aux sentiments et tromperies sur la marchandise… avec modération

Les smoothies, milkshakes, soupes, compotes et purées paraissent inoffensifs… Economisez le mouvement de panique habituel « Elle a sorti de la SALADE, courrez ! » et les immanquables maux de ventres qui suivent…

Profitez-en. Intégrez autant de légumes et fruits que possible.  Soupe de fraise, purée de n’importe quoi + une patate (ingrédient essentiel qui différencie un plat équilibré d’une arnaque sur personne vulnérable).

Les patates douces peuvent être assimilées à des pommes de terre… tentez jusqu’à 5 ans. Jusqu’à cet âge, les assiettes thématiques fonctionnent bien : « journée orange » avec potimarron, oranges, pomelos et carottes. « Journée violette »… Plus difficile avec les choux, betteraves et figues.

Maman de petites filles, notez qu’il existe des Baby Carottes, sous vide au rayon salade… ils suscitent automatiquement des « Ooohh le bébé carotte !!!! » émerveillé : trempez bébé carotte dans la mayonnaise, c’est jour de fête.

Pour les petits garçons, jouez sur les épinards remplis de fer et autres réalités, qui, bien formulées, peuvent réaliser d’authentiques miracles. Et ce brocoli ? Ne ressemble-t-il pas à un arbre, au milieu d’une forêt… d’autres arbres

Bon courage pour les plus grands. Ils essayeront de vous convaincre que les frites sont des légumes, la sauce tomate de la pizza également…

Mais si vous leur épluchez leur fruit préféré… peut-être que finalement, ils se laisseront tenter.

Partagez cet article !

Laisser un commentaire